35e Régiment des transmissions

Identification de l’unité

Insigne du 35e Régiment des transmissions

PER NUNTIUM AD VICTORIAM
« Victoire par les communications » 

Réserve de l'Armée

Graphique : Joanna Gajdicar

Joignez notre équipe

N’hésitez pas à nous téléphoner pour obtenir plus d’information. Nous nous ferons un plaisir d’étudier votre Curriculum Vitae et de vous faire visiter notre unité.

Le recruteur de notre équipe

Téléphone: 1-800-856-8488
Trouvez un centre de recrutement près de vous. 

Métiers dans notre unité

Équipement

 

Qui nous sommes

Le 35e Régiment des transmissions est une unité de la première réserve des Forces armées canadiennes et membre du 35e Groupe-brigade du Canada formé en 2013 et issu de la réunion du 713e Régiment des communications (Beauport) et du 714e Régiment des communications (Sherbrooke).

La mission du régiment est de fournir des services de technologies de l'information en appui aux opérations nationales. Sur une base volontaire, des membres du régiment soutiennent la Force régulière lors d’opérations d’envergure à l’échelle internationale.

Le 35e Régiment des transmissions utilise un équipement de haute technologie (écrans tactiles, stations terrestres pour satellite, fibre optique, ordinateurs tactiques et radios numériques de type VHF). L’effectif se compose d'officiers de transmission, d'opérateurs des transmissions, de poseurs de lignes, de techniciens en approvisionnement, de commis de soutien à la gestion des ressources et de techniciens en véhicules.

Avantages de l’enrôlement

Lorsque vous vous joignez à notre unité, vous recevrez une rémunération concurrentielle pour votre travail à temps partiel ou à temps plein. Vous êtes également admissible pour une formation en cours d’emploi qui pourrait vous être utile dans votre vie civile. Aussi, il y a des avantages médicaux, dentaires et éducatifs qui sont offerts aux réservistes de l’Armée.

Voici les détails :

Contactez-nous

Quebec

101 rue du Manège
Beauport, QC
G1E 5G8

Téléphone: (418) 663-3444

Sherbrooke

64, rue Belvédère Sud
Sherbrooke, QC
J1H 4B3

Téléphone: (819) 564-5960

 

Nouvelles

Le Major Karine Thibault, Coordonnateur de la Base des Forces canadiennes/Unité de soutien de secteur St-Jean

Une armée d'internautes au Québec participe à l'exercice YOGA 2018

Montréal (Québec) — Les membres de l’Équipe de la Défense, ainsi que des milliers d’internautes, ont participé à un moment de détente et de bien-être à la grandeur du Québec le 8 mars 2018.L’exercice YOGA 2018 avait l’objectif de souligner la Journée internationale des femmes tout en promouvant l’importance d’une bonne condition physique et santé mentale.
Le 19 mars 2018

Portrait officiel du brigadier-général M.A.J. (Jennie) Carignan

Les dirigeants militaires doivent écouter pour promouvoir l’innovation : brigadier-général Jennie Carignan

Ottawa, en Ontario — Le chef d’état-major Opérations de l’Armée canadienne (AC), le brigadier-général M.A.J. (Jennie) Carignan, dit que les officiers supérieurs doivent toujours être ouverts aux idées des subordonnés pour s’assurer que l’organisation est aussi novatrice que possible.
Le 1 mars 2018

trois soldats parlant

Dans le cadre de conflits militaires, la compréhension des nuances culturelles permet de sauver des vies

Twentynine Palms, California — Le capitaine de corvette Chantal Desormeaux, conseillère en matière d’égalité entre les sexes (CES), a été déployée en Californie dans le cadre de l’exercice interarmées Large Scale 17. Son rôle était de déterminer les conséquences qu’entraînent les différents plans d’action sur les groupes distinctifs pendant les opérations militaires.
Le 28 septembre 2017

Voir d'autres nouvelles

Notre histoire

C’est en avril 1920 que l’on procède à la création d’une unité des communications à Québec : la No. 5 Signal Company s’installe au Manège de Beauport. L’unité acquiert rapidement un niveau de performance remarquable. En effet, un an plus tard seulement, elle est sollicitée pour participer au maintien de la paix qui est menacée en Turquie. En 1926, l’unité, jusqu’alors dirigée par un officier d’infanterie, se retrouve pour la première fois sous les ordres d’un officier des communications.

En 1939, le No. 5 District Signals est appelé à servir avec la Force régulière en vue de se préparer à ce qui allait devenir la Seconde Guerre mondiale. Les spécialistes des communications auront alors un rôle crucial à jouer puisque c’est par leur équipement que se feront les échanges d’informations et les demandes d’approvisionnement. L’état-major aura accès en temps réel aux observations des troupes actives sur le terrain, ce qui lui  permettra d’adapter son approche stratégique.

Parallèlement, en 1963 en Estrie, était ordonné l’établissement d’un Escadron de transmissions dans le Neuvième Groupe de Milice. Le noyau fondateur des membres de l’escadron provient alors des différentes unités du Neuvième Groupe de Milice. Plusieurs d’entre eux sont issus de la compagnie de signaleurs (la compagnie C) des Fusiliers de Sherbrooke. Les premiers officiers proviennent des 7/11th Hussars de Windsor, de la 72e batterie d’artillerie de Coaticook ainsi que des corps de cadets de Sherbrooke. D’autres sous-officiers sont issus  de la Force régulière pour assister le noyau fondateur au démarrage de l’unité baptisée le 14th Independant Signal Squadron.

Peu après, en 1970, l'unité de Beauport délaisse le nom de 3rd Independant Signal Squadron pour adopter celui de 713e Escadron des communications, entraînant aussi un changement de vocation d'importance, passant des communications stratégiques (se situant au niveau d'un quartier général) aux communications tactiques (se déroulant sur le terrain).

En 2013, le 713e Régiment des communications (Beauport) et le 714e Régiment des communications (Sherbrooke) fusionnent sous l’autorité du 35e Groupe-brigade du Canada pour former le 35e Régiment des transmissions.

Date de modification :